Backpage.com : le géant américain reste à la traîne (et ses patrons à l’ombre)

Avec Allo-escort, Backpage.com est un site intermédiaire de l’escorting parisien. Malgré un grand nombre d’annonces qui viennent s’y ajouter tous les jours, le déficit esthétique de Backpage est bien trop lourd.

Site international

Ici, pas de qualité mais de la quantité, Le fast foot de l’escorting est présent dans une centaine de pays et dans les 51 états Américains. Un  peu comme vivastreet en France, le site se présente comme généraliste : annonces d’emplois, billets d’évènements, service de massage, rencontres, escort-girls…

Un glissement à la mode. Surtout que cette petite ligne dans le méga menu du site génère à peu près 95% des revenus du site. C’est le 806e plus gros site au monde d’après Alexa (voir fiche wiki de Backpage). C’est également 120 employés pour organiser tout cela.

La plus grande maison close au monde en ligne

carl ferrer

Longtemps considéré comme la plus grande maison close du monde en ligne, leur patron Carl Ferrer a été arrêté en octobre dernier. Là encore, comme sexemodel ou 6annonces, c’est le manque de contrôle d’identité qui leur est reproché et qui a permis à des jeunes mineures de faire de l’escorting. Un cancer.

Depuis 2012, de NCMEC (centre national des enfants disparus et exploités) a fait 2900 signalements de relations sexuelles tarifés sur des mineurs via Backpage…

Le poid relatif de Backpage en France

Avec 30 millions de visiteurs mensuels, Backpage est un poids lourd en Amérique mais il ne connaît pas le même succès en France, ce qui le cornerise dans les mauvais élève du TOP 10 français en matière d’escorting.

Une présentation infecte

la page d’annonce est juste dégueulasse, on dirait un vieux forum d’adolescents bourré d’émoticônes. Une ligne de présentation par escort girl, c’est la règle. C’est payant pour les filles mais c’est le site le plus abordable pour s’afficher et il n’y a aucun contrôle, d’où les débordements.

page accueil backpage

On peut espérer trouver des perles rares si on a vraiment le temps et la patience de chercher. Cependant, c’est un site à la traîne sur le marché des call-girls françaises mais qui se rattrape dans certaines niches…

Dominatrice et BDSM

Backpage profite de son confort d’inscription pour offrir du choix dans certaines niches qui en manque et c’est là qu’il peut être utile. Sa page domination contient une bonne flopée de maîtresses, même si le site s’arrange pour nous mettre des dominatrices parisiennes partout en province. Même s’il est premier dans les moteurs de recherche, il me semble que ce n’est qu’une alternative à ladyxena ou lovesita en matière de domination sur Paris. Pour des fantasmes nichés à la limite, à consulter.

Les trans

Aussi, backpage tente d’exister en allant chatouiller le nonoss’ à escorts69.fr, le roi des escort trans. Un site qui offre un peu plus de garantie qu’escortsexe, moins de choix que vivastreet et moins de haut de gamme que ladyxena dans ce secteur. De toute façon, escorts69 est omnipotent dans le secteur, c’est lui qui choisit qui prend qui.

Une qualité pas au rendez-vous de l’escorting parisien

Enfin, backpage s’offre une visibilité passable sur toute la France avec ses annonces à 2 euros (le prix pour passer une missive). Pour comparer, 6annonces, ladyxena, tescort, sexemodel et lovesita, c’est minimum 100 fois + l’annonce, ce qui offre une certaine garantie en matière d' »accompagnement de luxe à Paris« .

Alors, Escorting de luxe backpage ? On repassera…

backpage prison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *